OPCommerce

Financement

L’Opcommerce recouvre principalement le champ de Forco, traditionnel Opca du secteur.

Depuis le 1er avril 2019, les organismes paritaires collecteurs agréés (OPCA) sont transformés en opérateurs de compétences (OPCO). Des critères tels que la cohérence des métiers et des compétences, de filières et des enjeux communs de compétences sont pris en compte pour la constitution des OPCO. Cela fait suite aux réformes préconisées par la loi « Avenir professionnel », promulguée le 5 septembre 2018.

Accord constitutif

L’accord constitutif de ce nouvel opérateur de compétences a été signé le 11 décembre 2018. Au total, 18 branches professionnelles ont choisi de se rallier à la nouvelle structure. L’ensemble représente 88 000 entreprises et 1,4 million de salariés en équivalent temps plein, comme précise dans le dossier d’agrément du futur OPCO. Le montant de la collecte en 2020 est estimé à plus de 269 millions d’euros.

Opcommerce : Gouvernance

Le tout premier Conseil d’administration de l’Opcommerce est prévu pour le 19 Avril 2019. Le programme de travail de cette réunion d’installation s’articulera autour de trois grands thèmes :

  • L’élection du Bureau de l’Opcommerce
  • La mise en place des Sections paritaires professionnelles (SPP)
  • Le cadrage de l’activité 2019 sur le nouveau périmètre des 19 branches professionnelles

Missions des OPCO

L’Opcommerce, comme les autres opérateurs de compétences, aura pour principales missions de prendre en charge le financement des contrats d’apprentissage et de professionnalisation, selon les niveaux de prise en charge fixés par les branches. Il va également apporter un appui technique aux branches adhérentes pour établir la gestion prévisionnelle de l’emploi et des compétences. Parmi les autres missions :

  • aider les branches professionnelles par rapport aux certifications
  • assurer un service de proximité au bénéficie des très petites, petites et moyennes entreprises, permettant d’améliorer l’information et l’accès des salariés de ces entreprises dans l’analyse et la définition de leurs besoins en matière de formation professionnelle, notamment au regard des mutations économiques et technologiques de leur secteur d’activité
  • promouvoir les modalités de formation telles que les formations ouvertes à distance (FOAD) et la formation en situation de travail (FEST)

Priorité à l’alternance 

En ce qu’il s’agit de l’accompagnement des entreprises, les Délégations régionales de l’Opcommerce, présentes sur l’ensemble du territoire métropolitain, ont déjà commencé à travailler pour assurer un service de proximité aux entreprises du commerce, en particulier aux TPE/PME.

Si l’appropriation des nouveaux dispositifs de formation issus de la loi Avenir professionnel (Pro-A, plan de développement des compétences, nouvelle définition de l’action de formation…) reste d’actualité, le développement de l’alternance (contrats de professionnalisation et d’apprentissage) constitue le sujet prioritaire pour les mois à venir, tant dans l’accompagnement des entreprises que des branches professionnelles.

EN SAVOIR PLUS SUR NOS ACTIONS NÉGOCIÉES



Les branches concernées

Les entreprises entrant dans le champ d’application des branches suivantes sont concernées par l’Opcommerce :

  • Convention collective nationale du bricolage, vente au détail en libre-service
  • Convention collective nationale des commerces de gros de l’habillement, de la mercerie, de la chaussure et du jouet
  • Convention collective nationale des entreprises de vente à distance, rentre également dans le champ de l’opcommerce
  • Convention collective nationale du commerce de détail et de gros à prédominance alimentaire (entrepôts d’alimentation, supérettes, supermarchés, hypermarchés, grande distribution)
  • Convention collective nationale du commerce de détail de l’horlogerie-bijouterie
  • Convention collective nationale du commerce de détail de fruits et légumes, épicerie et produits laitiers
  • Convention collective nationale des commerces de détail non alimentaires : antiquités, brocante, galeries d’art, arts de la table, coutellerie, droguerie, équipement du foyer, bazars, commerces ménagers, modélisme, jeux, jouets, périnatalité et maroquinerie (œuvres d’art)
  • Convention collective nationale du commerce des articles de sports et d’équipements de loisirs
  • Convention collective nationale des maisons à succursales de vente au détail d’habillement
  • Convention collective du commerce succursaliste de la chaussure
  • Convention collective nationale des commerces et services de l’audiovisuel, de l’électronique et de l’équipement ménager
  • Convention collective nationale du personnel des coopératives de consommation
  • Convention collective nationale des grands magasins et des magasins populaires
  • Convention collective nationale des entreprises de commerce et de commission importation exportation
  • Convention collective nationale du négoce de l’ameublement
  • Convention collective nationale des commerces de détail de papeterie, fournitures de bureau, de bureautique et informatique [et de librairie]
  • Convention collective Nationale des professions de la photographie, également concernée par l’opcommerce
  • Convention collective nationale des jardineries et graineteries
  • Convention collective nationale de l’optique-lunetterie de détail
  • Convention collective nationale des maisons d’alimentation à succursales, supermarchés, hypermarchés, « gérants mandataires » (grande distribution)
  • Convention collective nationale du personnel de la reprographie

>> Pour découvrir notre formation sur la Réforme, contactez-nous !

L'auteur
Rana Ramjaun
Responsable des contenus web chez MyConnecting, je partage mon expertise autour de sujets en lien avec la formation professionnelle et le développement des compétences.
Haut de page