INTERVIEW : Les soft skills indispensables en télétravail

Interviews
Softskills télétravail

Réalisée en janvier 2020 sur une population observée de 2009 à 2019, une étude de l’EM Normandie identifie les compétences clés (soft skills) pour un télétravail productif. Interview avec Monsieur Jean Pralong, professeur en RH à l’EM Normandie qui a lancé cette étude sur le parcours, la réussite et les compétences comportementales des 317 télétravailleurs, de tous profils et tous secteurs.

La crise sanitaire que nous traversons et les mesures de confinement ont bouleversé le monde, notamment l’univers de l’emploi. Nous vous invitons à lire cette interview pour en savoir plus sur les soft skills requises pour un télétravail productif.

Pourquoi avez-vous décidé d’explorer le lien entre performance et télétravail ?

« Dans le contexte de l’avant Covid-19, les collaborateurs sont de plus en plus nombreux à demander du télétravail. L’un des mécènes qui finance mes recherches, le groupe Aksis, a donc souhaité lancer une certification dédiée (référentiel de compétences pour le télétravail). L’objectif étant d’aider les entreprises à déterminer les compétences, soft skills indispensables pour être performant en télétravail.   

La première étape de l’enquête a été d’identifier les compétences clés qui déterminent la performance. Jusqu’en 2020, le télétravail à temps complet ne concernait que moins de 2% de salariés. Mais depuis le confinement imposé par la crise sanitaire de mars 2020, le télétravail à temps complet concerne près de 20% des salariés. Ainsi, la performance des télétravailleurs est devenue une question essentielle pour maintenir l’activité des entreprises. »

Quels sont les types de télétravailleurs que vous avez identifiés ?

« Depuis la crise, nous avons observé deux types de télétravailleurs.

Il y a les salariés à qui on offre la possibilité de télétravail en guise de récompense pour leur performance au sein de l’entreprise. Cela accroît leur fidélisation et leur engagement.

L’autre type de travailleurs concerne les salariés qui ne sont pas particulièrement performants mais à qui on permet le télétravail par choix personnel. »    

Votre étude porte sur les soft skills, qui font qu’on est ou pas un télétravailleur performant. Quelles sont les principales compétences que vous avez identifiées ?

« On a un répertoire de 17 compétences comportementales (soft skills) qui couvrent tout le périmètre de la performance en entreprise. On ne les retrouve pas toutes chez le télétravailleur mais il y a des compétences clés :

1/ Se connaître : le télétravailleur performant est avant tout doté d’une bonne connaissance de ses ressources. Il connaît ses limites et son degré d’autonomie.

2/ Comprendre son organisation : Il doit avoir une bonne connaissance de l’organigramme de son entreprise.

3/ Comprendre les autres : Un télétravailleur performant sait faire preuve d’empathie.

4/ Promouvoir : Il doit promouvoir ses réalisations, partager ses projets et ses succès. Un télétravailleur performant doit offrir aux managers de la visibilité sur le travail accompli. 

5/ Éviter de devenir invisible : L’absence laisse le champ libre à l’imaginaire, ce qui peut laisser planer une forme d’incertitude voire de méfiance. Un bon télétravailleur doit également partager des informations sur son travail aux autres salariés. Ainsi, il ne se sentira pas isolé et les autres salariés pourront se faire une image favorable de lui. »

Comment les managers peuvent-ils faire évoluer leurs pratiques afin d’aider leurs équipes à concilier performance et télétravail – dans ce contexte de crise sanitaire ? Quelles sont les soft skills requises pour être un bon télé-manager ?

« Faire preuve d’empathie c’est se mettre à place de l’autre. Le télé-manager doit détecter les forces et faiblesses de ses collaborateurs et les rassurer surtout durant cette crise. Prendre soin de ses pairs est désormais une priorité.

Puis, il doit récompenser les efforts de ses collaborateurs. Chaque membre de l’équipe doit être valorisé à la hauteur de ce qu’il fait. Certains n’ont pas la capacité à se promouvoir, à faire parler d’eux. Un bon télé-manager régule les temps de parole durant les réunions en visioconférence pour que chacun ait l’opportunité de s’exprimer. »

Comment développer ses soft skills à distance ?

« Le premier travail est de repérer quelles sont ses faiblesses, quelles sont les compétences dont on ne dispose pas. Puis, il faut trouver les outils et moyens pour développer les soft skills nécessaires telles que :

  • L’empathie
  • Le sens de l’écoute
  • La sensibilité. »

Pensez-vous que le télétravail pourrait améliorer la qualité de vie au travail ?

« Il y a 3 cas à considérer pour déterminer si le télétravail sera ou pas un levier de qualité de vie au travail.  

Le premier cas concerne les gens qui sont habitués au télétravail et qui sauront trouver les moyens requis pour allier télétravail et bien-être.

Le deuxième cas concerne les gens qui sont brutalement plongés dans une grande solitude, qui n’auront plus de contact social. Ceux-là sont menacés par une forme de dépression. Dans ce cas, la qualité de vie au travail peut disparaître.

Puis, le dernier cas concerne les télétravailleurs qui ne savent pas allier vie personnelle et vie professionnelle. Certains télétravailleurs ne disposent même pas d’un espace dédié au télétravail. En somme, tous ces facteurs peuvent engendrer un burn-out. »

Après le confinement, quel sera, selon vous, l’avenir du télétravail en France ?

« L’avenir du télétravail en France concerne deux aspects. D’abord l’aspect technologique, nous avons constaté que de nombreuses entreprises disposent d’outils nécessaires pour continuer leur activité professionnelle à distance.

Cependant, l’aspect que nous n’arrivons pas encore à gérer concerne l’aspect émotionnel. De nombreux télétravailleurs sont confrontés à des menaces de dépression, de burn-out…

Il est primordial de considérer ces deux aspects si nous voulons que le télétravail prenne en compte performance et qualité de vie au travail à l’avenir. »

Formation MySoft MyConnecting

Développez les soft skills dont vous avez besoin pour vous démarquer et être impactant au quotidien dans votre entreprise grâce à notre offre de formation MySoft, la formation soft skills à distance de MyConnecting. Vous pourrez choisir dans notre riche éventail de blocs de compétences opérationnels MyLab, afin d’acquérir les compétences clés pour être encore plus efficace, persuasif, serein, leader, entre autres, dans votre travail.

TOUT SAVOIR SUR LA FORMATION MYSOFT

>> Pour en savoir plus sur nos formations Soft-skills, contactez-nous !

Haut de page