Comment cultiver l’empathie au travail ?

Soft skills

Ces dernières années, les études ont démontré qu’une attention particulière est accordée aux « soft skills » par les recruteurs et les entreprises en général. L’employé doit dorénavant être en mesure de mobiliser ses capacités humaines, ses soft skills (écoute, empathie, adaptabilité professionnelle…) et ses intelligences multiples pour réussir dans un contexte professionnel. 

Une étude menée par Businessolver® portant sur l’empathie au travail a prouvé que 96% des personnes interrogées considéraient l’empathie comme une vertu importante qui devrait être davantage démontrée en milieu professionnel. Malgré cela, 92% des employés pensent que l’empathie reste sous-estimée dans leur entreprise, ce qui représente une augmentation par rapport aux résultats des années précédentes. Pourtant, l’empathie est la pierre angulaire de l’intelligence émotionnelle favorisant la qualité de vie au travail, la productivité, une meilleure rétention des employés…

Qu’est-ce que l’empathie ?

L’empathie est la capacité de reconnaître les émotions chez les autres et de comprendre leur point de vue sur une situation.

L’empathie est souvent confondue avec la sympathie, mais ce n’est pas la même chose. La sympathie est un sentiment d’inquiétude pour quelqu’un et le sentiment qu’il pourrait être plus heureux. Contrairement à l’empathie, la sympathie n’implique pas une perspective ou des émotions partagées.

Vous pouvez ressentir de la sympathie pour quelqu’un que vous voyez en larmes dans la rue, par exemple, sans rien savoir de sa situation. La sympathie peut se transformer en empathie, mais pas nécessairement.

Selon le psychologue Daniel Goleman, l’empathie est l’une des cinq composantes clés de l’intelligence émotionnelle – une compétence vitale en leadership. Elle se développe en trois étapes : l’empathie cognitive, l’empathie émotionnelle et avoir le souci de l’autre.

L’empathie cognitive

L’empathie cognitive est la capacité de comprendre ce qu’une autre personne pourrait penser ou ressentir. Cela n’implique pas nécessairement un engagement émotionnel de la part de l’observateur.

L’empathie émotionnelle 

Elle est au cœur de l’ intelligence émotionnelle, et permet à une personne de ressentir pleinement les états affectifs de son interlocuteur. Cet état se manifeste de manière tout à fait naturelle. 

Avoir le souci de l’autre

C’est la définition que nous avons généralement quand nous parlons d’empathie. Cela implique de reconnaître l’état émotionnel de l’autre. On est lié à l’émotion de l’autre et capable de ressentir et de manifester sa préoccupation.

Pourquoi l’empathie est-il important au travail ?

L’empathie est sans doute une des compétences les plus importantes dont une personne a besoin dans un environnement professionnel. Sans empathie, il est difficile de comprendre les personnes avec lesquelles vous allez travailler, ni leur parcours ou leur personnalité. L’empathie nous aide à avoir une meilleure compréhension et lecture des personnes et des situations. C’est l’empathie qui nous permet de ressentir, de percevoir les émotions des autres et à nous adapter en conséquence, à instaurer la confiance et à établir des liens plus efficaces avec les autres.

Les grands leaders ont une très grande capacité d’empathie, ce qui leur permet d’exercer une influence positive sur les autres afin de les mobiliser vers un objectif commun.

1. Intéressez-vous davantage aux autres

Être empathique suppose de s’intéresser aux autres. Mais surtout, de porter un intérêt réel, et non superficiel. Posez des questions aux personnes qui vous entourent, interrogez-les sur leurs sentiments, sans forcément tenter de trouver des solutions en permanence.

2. Améliorez votre qualité d’écoute

Certains de vos collègues veulent seulement se confier à quelqu’un sans forcément attendre une solution de votre part. L’empathie repose avant tout sur une écoute active de l’autre. L’écoute active demande à être totalement déconnecté de soi. Elle consiste à :

  • Se taire pour laisser parler l’autre
  • Se montrer disponible et attentif
  • Donner des signes visuels qui montrent à l’autre notre intérêt (regard, hochement de tête)
  • Reformuler ses propos pour éviter des malentendus
  • Poser des questions ouvertes permettant à l’autre de trouver lui-même la solution à son problème
  • Faire une synthèse de la discussion

3. Soyez authentique

Si votre interlocuteur constate que vous essayez réellement de comprendre ses émotions, il se sentira valorisé et respecté. De ce fait, il se confiera davantage à vous, ce qui créera des relations interpersonnelles plus authentiques et un climat de confiance.

4. Acceptez les différents comportements et opinions

Être empathique ne signifie pas que vous devez toujours être d’accord avec votre interlocuteur ou même d’exprimer votre désaccord. Vous devez avoir du respect pour la personne, ne pas la juger et surtout rester neutre.

Essayez de vous mettre à sa place. Ne faites pas d’interprétations et essayez de ressentir ce que vit la personne.

5. Suivez une formation en développement personnel

Une formation en développement personnel constitue un moteur essentiel pour l’avancement dans une carrière ainsi qu’un épanouissement personnel sur le long terme. L’un des bénéfices du développement personnel, à la fois pour l’actif et pour l’entreprise c’est l’épanouissement au travail. De plus, une partie du processus de développement personnel nécessite que les employés analysent leurs forces et leurs faiblesses pour mieux progresser ensemble.

L'auteur
Rana Ramjaun
Responsable des contenus web chez MyConnecting, je partage mon expertise autour de sujets en lien avec la formation professionnelle et le développement des compétences.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Haut de page